Luxury  Chihuahua
Chihuahua Planet
© Chihuahua Planet 2017. Copyright
La Presse
13 octobre 2013     Onze Chihuahuas volés dans un chalet à Middelkerke
Akila
Bianca
Cachou
Dolly
Louna
Prada
Puppy’s
Ti’Chis
La Propriétaire sait où sont ces trois chiots chihuahuas volés. Technique de pression sur les voleurs de chiens. MIDDELKERKE – trois des onze chiots chihuahua de Christine Carez volés au camping Tourist à MIDDELKERKE sont encore manquants. La propriétaire a des indices de l’endroit où pourraient se trouver les chiots manquant, mais estime qu'elle ne peut pas les voler pour les récupérer, suivant la loi. « La seule possibilité est de mettre les voleurs sous pression afin que les voleurs les lui rendent. Raconte Eliane Vermeiren, amie de Christine Carez. Christine Carez et son entourage, y compris son amie Eliane Vermeiren et son mari Marc Praet, savent bien qui est le couple qui a volé les trois chiots Akila, Louna et Prada. Christine Carez occupait le chalet de ce couple (Karine Duez et Guiseppe Cerami de la Région Montoise) au moment du vol des chiots. Karine D et Guiseppe C ont fait comme si de rien n’était. Nous avons des indications selon lesquelles les trois chiots sont en leurs possessions.  « Les récupérer chez eux n’est pas possible car nous ne voulons pas être pris pour des voleurs » dit Madame Eliane Vermeiren. Christine Carez est encore toujours sous le choc, ses chiots lui manquent. Lait en Poudre Selon les Indications de Madame Eliane Vermeiren "peu de temps après que le vol , Karine D est allée acheter dans une pharmacie, un kilo de lait en poudre, Milkodog, aliment pour Chiots de quelques semaines. Vous devez savoir que Karine D n’avait aucun bébé chien ni d’autres chiens. En outre, nous avons trouvé cela suspect. Son mari Guiseppe C et Karine D continuaient d’insister pour proposer de payer une rançon pour les chiots, au départ de dix mille euros, et ensuite cinq mille euros si cela ne comportait pas les six bébés de quatre semaines.  Les six petits n’ayant pas encore eu leur puce électronique en raison de leur bas âge, mais Madame Carez leur a tout de même signalé qu’elle avait les tests génétiques des parents pour preuve de propriété. Et que faire maintenant ? " Une autre issue est d’exercer des pressions de tous les côtés possibles afin que Karine D. et Guiseppe C en arrivent à comprendre qu’ils doivent rendre les chiots, en plus de la plainte déposée par Madame Carez contre ces personnes, avant d’en arriver aux tribunaux. Afin de faire bouger les choses Nous avons contacté des organisations s’occupants d’animaux, Vétérinaires Francophones et néerlandophones ainsi que des organisations sur Facebook, les médias, télévision et Journaux ont étés alertés. Des émissions diverses sont prévues. La semaine prochaine, Des affiches avec les photos des chiots seront déposées dans les commerces de la région de Mons et ses environs dans un premier temps. » Christine Carez de La Roche et sa mère ont passés quelques jours dans un chalet dans le camping Tourist à MIDDELKERKE. Elles ont occupé le chalet n°2 de Karine D et Guiseppe C., qui en possèdent deux aux dires des propriétaires. Amoureuse de ses chiens et ne désirant pas s’en séparer durant ce congé, Christine Carez avait pris ses onze chihuahuas, dont les six bébés ainsi que les deux mères. C’est lors de son séjour au camping qu’elle a confié trois de ses jeunes chiens à la propriétaire du chalet Karine D. Les huit autres chiots étant restés dans le chalet de Christine Carez. Dimanche 13 octobre était le dernier jour de vacances pour Christine Carez et sa mère. Pour terminer le séjour en bord de mer, elles sont allées avec les propriétaires, Karine D, son mari Guiseppe C. ainsi que le frère de celui-ci, dans un restaurant Italien à Ostende. Les chiots étaient restés dans les chalets. La Rançon Lors du retour dudit restaurant au camping, vers 19 heures, Madame Carez et sa maman ont constatés avec horreur que les onze chiens avaient étés volés. Le vol a été commis entre 12h00 et 17:30 .Des témoins ont nettement vu une voiture blanche à proximité des chalets, mais pour le reste, rien de suspect trouvé. Le vol a été immédiatement signalé à la police de MIDDELKERKE. Christine Carez a immédiatement déposé plainte aux agents de Police. Peu de temps après, Christine Carez reçus quatre messages (sms) anonymes. Dans lesquels une demande de rançon de 5.000 euros était demandée si elle voulait ses êtres chers en retour. La rançon devait être déposée dans la cabine de douche pour femmes du camping. Mais les voleurs ne voulaient pas rendre la totalité des chiens et chiots. Christine Carez n’a jamais voulu céder à cette exigence. Christine à postposer son départ de du camping de MIDDELKERKE et désirait rester au courant de l’avancée des recherches de la Police concernant les trois chiots non rendus.  "Les chiots sont comme mes enfants. Je ne peux pas rentrer à la maison sans eux ", a déclaré Christine Carez lors de sa déclaration aux policiers.  La police a pris l'affaire très au sérieux car une rançon a été demandée par Madame D et Monsieur C. Il y avait plusieurs pistes à suivre. Lorsque la Police a remis les huit chiots à Madame Carez en lui disant qu’elle pouvait rentrer chez elle, Monsieur Guiseppe C et Karine D ont été transférés et interrogés au commissariat de Police concernant ce qu’il s’était  passé. Monsieur Guiseppe C principalement se comportait étrangement. Il a, effectivement, appelé son frère pendant que la police était présente. La conversation a eu lieu en italien. Aucune des autres personnes présentent n’ont compris la conversation excepté Madame Vermeiren qui a entendu dire qu’il fallait déposer les chiots sur la digue. A la nuit tombée, vers 22 h00, après cette conversation téléphonique de Monsieur Giuseppe C avec son frère, huit des onze chiots ont été récupérés par la Police de Middelkerke. Abandonnés sur la chaussée en dessous d’un autobus stationné à environ un kilomètre du camping Tourist Le frère, Giovanni C, les auraient déposés dans un panier. Certains d’entre eux, ont été retrouvés, soit au milieu de la chaussée, soit dans les fourrés environnants. Il est presque certain que le frère de Giuseppe C, ainsi que son fils auraient participés au vol des chiots, sur commande de Karine C et Giuseppe C.
HK01800585.